Cinéma audiovisuel

menu CAV -> Présentation Optionnel Spécialité Méthodes et pratique Sorties Productions Et après Recrutement

 

Et après ...

Etudier le cinéma au lycée va être source d'enrichissement personnel, culturel et méthodologique.

Mais vous aurez surtout un bac général ou technologique et vous pourrez obtenir toutes les orientations possibles avec ces baccalauréats, en focntion de vos choix d'options et de spécialités.

Choisir cinéma ne va pas bloquer vos choix d'orientation. Au contraire, vos acquis vous seront utiles quelle que soit votre poursuite d'études post-bac.

Bien sûr, vous pouvez aussi poursuivre des études de cinéma après le bac et de multiples formations existent, pour tous les profils d'élèves.


Apports généraux de l'enseignement du CAV dans les poursuites d'études post-bac

A l'issue de leur scolarité au lycée, les élèves obtiennent un BAC général ou technologique et peuvent donc s'orienter vers toute autre chose que le cinéma. Ils ont acquis une culture artistique et des outils d'analyse des images, si présentes aujourd'hui, qui peuvent être réinvestis dans d'autres filières artistiques (théâtre, musique, beaux-arts, design, architecture, ...) mais aussi dans les métiers de la communication, de l'événementiel, des médias, du journalisme, des langues, du commerce, de l'animation et de la formation, etc.
Mais savoir lire les images, les décoder et savoir en faire peut se révéler utile dans des études d'histoire, de sociologie, d'ethnographie, de sciences naturelles, de physique, etc.

D'autre part ils ont acquis une expérience dans la gestion de projet, le travail collaboratif, l'esprit d'initiative et la créativité. Ces compétences sont très peu développées dans l'enseignement secondaire par ailleurs mais elles sont très utiles dans l'enseignement supérieur y compris les orientations les plus sélectives (classes préparatoires aux grandes écoles) et dans tous les métiers à responsabilité (gestion d'une équipe, mise en place et suivi de projet, envie d'entreprendre, etc.).

 

La diversité des débouchés dans les métiers du cinéma et de l'audiovisuel

Toutefois, s'ils veulent poursuivre leurs études dans ce domaine, voire essayer d'en faire leur métier, de nombreuses possibilités s'offrent à eux comme le montre la multidtude des parcours de nos anciens élèves.

  • La diversité des métiers du cinéma et de l'audiovisuel

Au cours de sa formation, l'élève va découvrir que le milieu du cinéma et de l'audiovisuel, ce n'est pas seulement la réalisation ni même les aspects techniques (cadreur, ingénieur du son, monteur, ...) : on peut enseigner le cinéma (dans les lycées, les universités mais surtout les centres d'animation ou d'éducation populaire), produire des films, écrire des scénarios ou des critiques, gérer une salle de cinéma, organiser un festival, etc.
Il va ainsi pouvoir s'interroger sur son rapport au cinéma : préfère-t-il en faire ou en parler ? Aime-t-il l'ambiance électrique d'un tournage ou l'intimité d'une salle de montage ? Veut-il raconter ses propres histoires ou se mettre au service des projets d'autres personnes ?

La choix des autres spécialités permet aussi de donner une coloration particulière à sa formation en CAV. Quelques idées de spécialité à coupler avec la spécialité CAV (ou le CAV optionnel) selon votre projet.

Deux sites présentent en détails un certain nombre de ces métiers et des formations pour y accéder :

ONISEP

Vidéadoc
Choisir "Portail des formations"


Par ailleurs, dans le monde professionnel, on va passer, selon les projets, d'un poste à l'autre et souvent, au fil de sa carière, d'un domaine à un autre. Ainsi, avec une même formation en BTS gestion de production, des anciens élèves ont pu devenir chargé de production bien sûr mais aussi repéreur (en charge des repérages des lieux de tournage), assistant-réalisateur, régisseur, accessoiriste et bien sûr réalisateur.

 

  • La diversité des filières dans la formation au cinéma et à l'audiovisuel

Il y a mille et une façon d'arriver à travailler dans les milieux du cinéma et de l'audiovisuel. Obtenir un diplôme en est une. Certes l'accès aux métiers artistiques ne se fait jamais sur les seuls diplômes. Mais le diplôme vous donnera une première expérience et l'accès à vos premiers stages. La motivation, les rencontres feront le reste.
Les formations en cinéma (écoles, BTS, universités, ...), en plus des connaissances et du diplôme, permettent de se constituer un réseau sur lequel vous pourrez vous appuyer pour vos propres projets et pour travailler.

 

Les écoles de cinéma font souvent réver. Dès l'obtention du baccalauréat, les élèves peuvent tenter la CinéFabrique, à Lyon.
Les élèves peuvent postuler en CPGE scientifiques pour préparer le concours de Louis-Lumière, grande école de cinéma publique très tournée vers la technique ou en CPGE littéraires (avec ou sans option ECA - études cinématographiques et audiovisuelles) pour préparer soit une ENS (Paris ou Lyon, pour préparer une carrière d'enseignants-chercheurs ou critiques), soit La fémis, l'autre grande école de cinéma publique, davantage tournée vers le cinéma d'auteur.
Il existe même une CPGE spécifique pour ces écoles de cinéma, Ciné-sup au lycée Guist'hau de Nantes.
Bien sûr, ces études sont très sélectives et les places aux concours d'entrée de ces grandes écoles sont chères !  Mais plusieurs élèves du lycée y sont parvenus prouvant que si c'est difficile d'accès, cela reste possible.

 

Bien sûr, et heureusement pour la diversité et la vitalité du cinéma, tous les réalisateurs, les techniciens ne passent pas par ces quelques écoles. Il y a de nombreuses autres formations, ce qui devrait permettre à tout élève motivé et sérieux de concilier sa passion et un métier.

Une douzaine de lycées proposent des BTS métiers de l'audiovisuel comme Carnot à Cannes. Ce sont des formations professionnelles courtes (deux ans) très appréciées dans le monde de la télévision ou de l'audiovisuel (publicités, films institutionnels ou d'entreprises, etc.)
Cinq spécialités sont proposées :
- ingénierie des systèmes et exploitation des équipements
- gestion de la production
- montage et post-production
- métiers de l’image
- métiers du son

 

Les universités proposent plutôt des formations longues très variées liées au cinéma et à l'audiovisuel sous des appellations diverses : "arts du spectacle" option cinéma, "études cinématographiques" ou "médiation culturelle et communication", etc.
Ces formations, d'abord très peu professionnalisées, apportent par contre un solide bagage théorique et culturel qui peut être ensuite investi dans des métiers comme ceux de l'enseignement, l'animation culturelle, l'écriture, l'exploitation et la distribution, etc.
L'université offre cependant des formations plus professionnelles DUT (2 ans), licence (3 ans) et master (5 ans) pro. très pointues, accessibles sur dossier ou concours, dans des domaines très variés, du sous-titrage et doublage des productions cinématographiques (master pro Traduction et adaptation cinématographique - Lille III) aux questions de l'archivage et de la conversation des documents audiovisuels (master pro Valorisation des patrimoines cinématographiques et audiovisuels - Paris VIII). Certains masters universitaires sont de véritables écoles de cinéma comme l'ENSAV ou le SATIS.

 

A l'étranger, les pays francophones accueillent aussi des étudiants français. C'est le cas par exemple de l'INSAS à Bruxelles, accessible dès le bac.
Ceux qui maîtrisent l'anglais peuvent aussi tenter d'autres écoles à Londres, New York ou Berlin.

 

Enfin, pour ceux que les études rebutent, il est possible soit de s'autoformer (en particulier en montage, effets spéciaux, maquillage, etc.) ou de se former sur le tas, à travers des stages ou directement sur les tournages. Bien sûr, il faut s'attendre à commencer par de petites tâches mais l'expérience aidant, les plus débrouillards se voient confier rapidement des postes plus importants par exemple à la régie.

 

 

menu CAV -> Présentation Optionnel Spécialité Méthodes et pratique Sorties Productions Et après Recrutement